Minimalisme

Conseils pour désencombrer

10 janvier 2016
Conseils pour désencombrer

En ce début d’année, je partage mes conseils pour désencombrer. Je pourrais partager un bilan de cette première année mesurée et observée en terme de zéro déchet, mais j’ai plus envie de vous aider à investir dans l’avenir avec des astuces qui pourraient vous être utiles. Et si elles le sont pas, elles pourraient vous donner d’autres idées.

Désencombrer ou decluttering en anglais. C’est un mot qui revient souvent avec les bonnes résolutions. Si je regarde notre propre chemin de désencombrement depuis maintenant 2 ans, nous avons fait énormément de progrès, mais il reste toujours des ajustements à faire.

Conseils pour désencombrer : par quoi commencer?

En fait, il y a sûrement autant de méthodes pour désencombrer qu’il y a de personnalités dans ce monde. Pourtant, certaines approches peuvent vous aider. Il est évident que l’opération ne se fait pas du jour au lendemain. C’est un travail progressif qui en fait, devient une habitude de vie.

Étape #1 – Trier

Personnellement, j’ai pris 2 fins de semaine il y 2 ans – après la lecture du livre de Béa Johnson – et je suis passée au travers de ma garde-robe et de mes deux pièces de rangement. J’ai vidé l’équivalent d’une voiture et demi rempli d’objets que nous n’utilisions plus. J’en ai donné, j’en ai vendu et j’en ai déposé chez Renaissance. 

Ce fut une grande opération de tri et j’ai atteint l’objectif que je m’étais donné : ne plus avoir deux valises pleines avec les vêtements hors saison. Tout devait rentrer dans ma commode et mon garde-robe. Je suis loin d’avoir une garde-robe minimaliste ou celle du défi 333, mais elle est déjà beaucoup plus rendue à l’essentiel.

Conseils pour désencombrerSource : Becoming Minimalist

Et puis finalement, j’ai apprécié et j’ai aimé le fait d’en avoir moins. De plus, avouons le : je suis maniaque. Mais pas maniaque avec un grand M, non je suis une M.A.N.I.A.Q.U.E. du rangement. Mais alors là, tout avait enfin sa place et ranger prenait désormais bien moins de temps. Ceux qui me connaissent depuis longtemps savent que nous n’avons pas beaucoup d’affaires, mais je venais de trouver MA voie.

Étape #2 – Faire du désencombrement une de ses valeurs

La satisfaction atteinte de ce premier allègement dans votre vie, vous allez probablement vouloir mettre en place de bonnes habitudes. Tout d’abord, vous allez sûrement garder encore des objets pour lesquels vous avez des doutes. C’est tout à fait normal. Pour cela voici deux astuces :

  • La outbox : mettez au fond d’un placard une boîte en carton ou un grand sac dans lequel vous déposerez des objets pour lesquels vous avez un doute. Conservez la boite 1 mois, 3 mois, 6 mois, 1 an. C’est au choix. Si au bout d’un cycle saisonnier complet (pour des vêtements par exemple), vous n’avez pas utilisé l’objet en question, départissez vous en. {Mise à jour} Vous pouvez même utiliser 3 boîtes différentes dans une autre variante : à garder, à donner/à vendre, à jeter (si ce n’est plus récupérable, mais pensez aux nombreux organismes qui redonnent vie aux objets que l’on pense perdus).
  • Le cintre à l’envers : si dans votre garde-robe, il subsiste des morceaux pour lesquels vous n’êtes pas sûr de garder, mettez le cintre à l’envers. Si dans 6 mois (ou 12 mois selon), le cintre est toujours à l’envers et qu’il ne s’agit pas d’un objet qui vous est cher, vous apporte (ou vous a apporté) du bonheur, donnez-le ou vendez-le. J’ai moi-même appliqué cette méthode sur 4 morceaux pour lesquels je ne suis pas certaine. Ils n’ont aucune valeur sentimentale, mais je ne sais pas si je vais les porter ou non. Alors, je leur donne 6 mois pour passer le test… ou non.

conseils pour désencombrer

Passez quelques mois ainsi, vous verrez que le désencombrement fera parti de vos habitudes de vie. Vous vous poserez désormais la question lorsque vous retrouverez un objet au fond d’un placard à savoir s’il vous est vraiment utile puisque vous l’aviez oublié. Et cette habitude de vie se transposera même pour vos prochains achats.

S’entraider et s’encourager

Dans un tel projet, vous passerez parfois par des moments de découragement. Et pour cela, rien de mieux que de se soutenir à plusieurs et d’y aller aussi une petite étape à la fois.

Une amie m’a fait découvrir en janvier 2015, le projet de la January Cure proposé par le site Apartment Therapy. C’est un plan de désencombrement de 31 jours qui alterne plusieurs petites tâches – le plus souvent très simples – dans différentes pièces de la maison afin de débuter l’année avec une maison un peu plus ordonnée.

L’idée n’est pas de se lancer dans une épuration complète de son chez soi, mais plutôt d’apprendre et de prendre des habitudes de rangement que l’on pourra reproduire régulièrement tout au long de l’année. J’aime également cette idée de prendre 5 minutes, quelques jours par semaine, pour désencombrer. Ces petites tâches cumulées à la fin de l’année vous auront grandement aidé.

Désencombrer juste un tiroir, vaut mieux que de se lancer dans une pièce au complet et de s’arrêter en cours de route pour ne plus jamais y revenir. Mais si vous êtes du genre à aimer les gros projets, allez-y ainsi! Enfin, plusieurs proposent la méthode du tri par catégorie : pour moi, elle ne fonctionne pas du tout car par exemple, les vêtements sont dans 2 pièces différentes (les 2 chambres), et je suis plus du genre à fonctionner par pièce par catégorie.

Cette année, c’est la deuxième année que je participe à la #thejanuarycure et je vois vraiment la différence. Je vous en reparlerai, mais j’ai désormais la cuisine minimaliste et zéro déchet de mes rêves. Je vais alors avoir du temps au cours de l’année pour finaliser des mini-projets de décoration ou d’aménagement pratico-pratiques dans la maison. D’ailleurs, n’oubliez pas que si chacun a son propre espace de rangement et que chaque chose a sa place, votre maison sera bien zen!

S’inspirer des autres

Maintenant que vous êtes décidé à vous séparer du superflu, je vous laisse le soin de vous inspirer ici et là. Plusieurs lectures pourraient vous intéresser. Premièrement, le site Apartment Therapy regorge de bonnes idées et de conseils pour toutes les pièces de la maison. Souvent, de beaux exemples – design et/ou minimaliste – d’intérieurs sont présentés. Nous n’avons peut-être pas tous la possibilité d’avoir un designer sous la main pour rendre son salon ou sa chambre feng shui, mais cela permet de trouver des idées à décliner chez soi pour affiner son propre style.

« Ne garder que ce qui vous procure de la joie au moment présent. »

Il existe quantité de méthodes pour ranger et s’organiser. En terme d’organisation et de tri, il y a notamment l’école nippone avec Mari Kondo et Dominique Loreau. Voici quelques lectures pour en savoir davantage sur le désencombrement fondé sur ce précepte :

Les avantages d’un appartement minimaliste

Je vous ai partagé de nombreux conseils pour désencombrer et rendre votre maison plus minimaliste. Peut-être que vous vous demandez quels sont les avantages à la simplicité? Sachez qu’un appartement désencombré et minimaliste, c’est :

  • moins de ménage (donc plus de temps pour soi ou sa famille);
  • moins de jouets à ranger le soir (donc moins de risque de chicane);
  • moins de planification (vous avez sûrement souvent longtemps hésité entre la montagne de linge à plier, épousseter ou faire vos sols);
  • moins de linge à plier, puisque votre garde-robe comprend moins de morceaux (donc plus de temps pour vous et donc moins de frustration sur les tâches ménagères);
  • moins d’objets à réparer ou à renouveler (surtout si on investit dans des appareils de qualité).

Finalement, tous ces moins, ce sont des économies de temps, mais aussi d’argent. Et c’est exactement le constat que nous nous sommes faits cette fin de semaine. Ranger ne nous prend que quelques minutes. Faire le ménage ne nous prend plus 2 heures par semaine comme ce fut un temps dans une autre vie. Nous nous sommes d’ailleurs offert le luxe de nous payer de l’aide toutes les deux semaines. Et vous savez quoi? Un ménage complet fait au 2 semaines, c’est largement suffisant pour conserver une maison propre (et j’ai aussi un chat). Deuxième constat, si je prends la valeur neuve de tout ce que j’ai donné (ou parfois revendu), j’arrive – à la louche – à un montant d’au moins d’un 2 000 $. Dites-vous que si vous ne faites plus d’achat inutile, ce sont des petites sommes qui cumulées, vous permettront de vous offrir peut-être une fin de semaine en famille, entre amis ou les deux.

Et si, à chaque fois que vous avez été tenté d’acheter quelque chose d’inutile, que vous ne l’avez finalement pas fait (bravo!), et si vous mettiez cette somme de côté? Rendez-vous le 1er janvier 2017 pour voir combien vous avez économisé. Qui serait prêt à relever le défi?

Vous pourriez aussi aimer

27 Commentaires

  • Répondre Jule 10 janvier 2016 à 15:49

    J’ai déjà fait un gros ménage il y a deux ans quand j’ai officiellement quitté la maison familiale pour déménager à Montréal. Je me pince encore en repensant à la pile de vêtements que je gardais « au cas »! J’ai encore quelques effets chez mes parents, mais j’en ai encore rapporté chez moi pour un 2ième gros tri que je devrais faire probablement à la fin du mois ou en février, ça va dépendre de comment je m’organise pour gérer les différents projets que j’ai en tête en ce moment. 😉 Je vais garder tes trucs précieusement!

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 11 janvier 2016 à 00:02

      Nous aussi, on a fait des gros ménages avant de déménager (d’abord depuis Athènes), puis au fur et à mesure ici. On n’accumule pas trop, mais quand même. Et le désencombrement, c’est comme le zéro déchet, une étape à la fois, chaque chose après l’autre.

  • Répondre Kolibri 11 janvier 2016 à 16:59

    Merci pour cet article! C’est plein de références qui m’inspirent bien pour mon premier petit défi hebdomadaire! Je vais bien m’a inspiré un petit ménage de chambre! 🙂

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 11 janvier 2016 à 21:59

      Je suis ravie que toutes ces références t’inspirent, c’était le but. Et si ta chambre n’est pas encore parfaite au premier tri, n’oublie pas que tout vient progressivement.

  • Répondre Pomme Cerise 13 janvier 2016 à 14:37

    Article très intéressant! Ça fait déjà un moment que je me dis qu’il faudrait désencombrer la maison. Suite au déménagement, je me suis départie de beaucoup de trucs. Je crois quand même qu’il y a beaucoup de travail à faire encore! 🙂

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 13 janvier 2016 à 23:27

      Merci ! C’est sûr qu’un déménagement aide à faire du tri, mais revenir quelques temps après sur ce que l’on a fait, ne fait pas de mal non plus. Il y aura toujours à faire, mais y penser c’est déjà une grande avancée dans le processus.

  • Répondre Marie-Claire Leblanc 19 janvier 2016 à 16:06

    Je suis en plein dedans moi aussi, et on dirait que cela devient une manière de vivre. Lorsque je rentre dans ces maisons archi encombrées maintenant, ouf! Vive la simplicité et ne pas consommer plus que nos besoins, la planète en a bien besoin.

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 19 janvier 2016 à 18:08

      Nous aussi, maintenant on a le même sentiment quand on rentre dans des maisons encombrées. La planète en a effectivement besoin, mais nous aussi nous avons besoin de revoir nos essentiels de vie. Nous ne nous privons pas, mais nous n’achetons plus le superflu.

  • Répondre isa 15 février 2016 à 09:12

    J’adore l’adage : On a pas besoin de plus de place, mais de moins de bazar !
    Je suis pas du tout maniaque, je suis même carrément bordélique, mais vu qu’on est pas encombrés, ça passe !
    Par contre, c’est bizarre car je n’aime pas le rangement mais par contre, désencombrer, j’adore ! C’est tellement satisfaisant.
    Il n’y a qu’une chose où je n’arrive pas : me débarrasser des livres que j’ai aimés, même si je ne pense pas les relire. Avoir une bibliothèque, c’est tellement apaisant, pour moi.
    C’est chouette de trouver ses limites et de dire : là, non, la bibli c’est trop pour moi !
    En tout cas merci de m’inspirer avec tes articles 🙂

  • Lauraki
    Répondre Lauraki 15 février 2016 à 10:14

    Hahahaha! Moi aussi, j’ai eu le gros coup de coeur pour l’adage. Pour les livres, j’ai réussi à trouver une voie du milieu : certains, je ne peux m’en séparer, ceux qui ne m’ont pas laissé de souvenirs impérissables, je peux les donner. Pareil pour tous mes livres d’archéo, j’en ai donné beaucoup, ils servent désormais aux étudiants du CEGEP archéo de Collège Rosemont. Je trouve ça satisfaisant aussi!

  • Répondre Justine 13 mars 2016 à 09:25

    Et aussi moins de temps le matin à choisir sa tenue 😉 Tres bon article je m’abonne !
    Bonne journée 🙂

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 13 mars 2016 à 09:35

      Effectivement, cela va plus vite le matin. Merci!

  • Répondre Fidelma29 9 avril 2016 à 15:49

    j’ai profité de refaire les tapisseries de la maison pour entamer le désencombrement dont je rêve depuis 2 ans ! Et quel bonheur !!! J’ai gardé tellement de choses inutiles en 15 ans ! Je fais le bonheur de mes proches en leur donnant des choses dont je ne me sers plus. Je donne à Emmaüs, et fais donc sans doute le bonheur de qq’un… Je jette ce qui est abimé. Je retrouve un intérieur zen, plus facile à nettoyer et du coup, je prends plus soin de ma maison désormais, en moins de temps. Je me retrouve totalement dans votre témoignage. Et quelles économies de ne plus acheter de superflu ! Quand je vois un objet qui me plait, je le prends en photo. Je rentre chez moi. Parfois, je l’oubli, c’est donc qu’il ne m’étais pas utile. Quand j’y pense bcp, je retourne l’acheter. Et s’il n’est plus en vente, c’est qu’il ne m’étais pas destiné ! Pour celles qui n’osent pas se lancer, foncez ! Ce n’est que du bonheur ! Merci pour votre article !

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 2 mai 2016 à 17:48

      Moi aussi, je redistribue ou donne dans des centres de dons. Et ton idée de photos est intéressante pour les achats. Je me laisse plus de temps quand j’ai besoin de quelque chose. Si je ne vois rien, si je n’y pense plus, c’est pareil, je n’en avais pas besoin.

  • Répondre Pauline 14 juin 2016 à 16:33

    Merci pour ce post qui confirme une des méthodes que je mets en application depuis quelques temps: le désencombrement par étape. Après un premier gros tri, je n’arrivais plus à progresser mais depuis que j’y vais par étape je me sens moins fautive et je vois les effets.
    Mais j’ai encore beaucoup de travail avant d’arriver à ton minimalisme! Un jour peut être!
    Comme pour le zéro déchet ou l’alimentation bio, j’ai pris le partie de ne changer d’habitude que lorsque je trouve une alternative qui me fais plaisir. ça marche, car sans m’en rendre compte j’ai réalisé que je n’allais plus dans les supermarchés que j’avais horreur que 2 – 3 fois par an. Je ne vais plus que dans les épiceries bio ou locales présentant des produits de qualité ou encore directement chez le producteur, et le tout en ayant diminuer mon budget course!! Et j’y prends plaisir, car ce sont des lieux où l’on échange avec des commerçants jovials!!

  • Lauraki
    Répondre Lauraki 16 juin 2016 à 14:35

    Tant mieux si tu as pu trouver une façon de faire qui te convient. Oui, un pas à la fois, c’est ce qui compte pour y arriver. C’est pareil pour moi, je ne mets plus les pieds dans les épiceries. Mon chum y allait l’autre jour en rentrant de promenade, moi je n’y suis pas allée depuis plus d’un an. On prend vite de nouvelles habitudes.

  • Répondre Malou 29 juin 2016 à 11:48

    Je voudrai aider ma mère qui depuis 17 ans vit dans la meme maison seule et qui enchaine les depressions de plus elle a une facheuse tendance a absolument tout garder au cas ou .. Je me suis dis qu’un désencombrement lui ferait du bien et peut etre meme un demenagement : je suis donc toujours a l’affût de conseils, merci pour cet article qui m’a aidé !

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 29 juin 2016 à 13:59

      Je te dirais de l’aider à se poser les bonnes questions serait la clé pour y arriver. Ainsi que respecter son rythme. Quand on est attaché à des objets, c’est souvent pour combler quelque chose aussi. Donc choisir ses batailles au bon moment. Peut-être pourrais-tu monter un projet de déco-réaménagement à moindre coût avec elle? Peut-être retrouverait-elle des objets oubliés pour leur donner une 2e vie? En tout cas, je pense que tu as de quoi faire de beaux projets avec ta maman pour l’aider.

  • Répondre Greiner 15 septembre 2016 à 14:54

    Je suis plutôt conservatrice et donc ma maison est remplie de choses dont je ne me sers pas. Comme vous j’ai déjà trié pour donner ou jeter, ouf de la place, mais…. »la nature a horreur du vide !  » quelque temps à mon insu de nouvelles babioles….
    Mon problème c’est qu’après m’être débarrassée de certaines choses dont je ne me servais pas je regrette et j’en aurais eu justement besoin . Évidemment ça me freine pour continuer à trier et ranger….

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 18 septembre 2016 à 09:58

      Et la boite de transition, y avez-vous pensé? Vous avez un doute, vous mettez l’objet dans la boite et vous revoyez, 6, 12 ou 24 mois plus tard? Si vous ne vous en êtes pas servi pendant un long moment, il y a fort à parier qu’il ne resserve.

  • Répondre liliane 17 octobre 2016 à 10:25

    j’ai pris conscience que je devais vérifier mes placards, armoires et autres rangements, le jour ou ma fille
    m’a dit qu’elle le ferait quand je partirais ,alors là, j’ai eu un déclic, et j’ai commencé ce dur labeur, et j’en suis bien contente, je regarde mon appartement avec plus de plaisir, maintenant, je fais très attention quand je vais dans une boutique (ou internet) je suis vos conseils avec une grande bienveillance merci pour tous
    ceux-ci.

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 18 octobre 2016 à 20:47

      Merci pour tes beaux mots Liliane! Je suis ravie que mes conseils puissent aider du monde. Et c’est tellement bien de lire que tu regardes ton chez toi avec un oeil neuf où tu te sens encore mieux. WoW!

  • Répondre Marlo 4 janvier 2017 à 08:07

    Pour les livres, j’ai conservé 15 livres que je consulte régulièrement. Je donne les autres à la bibliothèque après lecture. Si je ne porte pas un vêtement pendant 1an, hop il dégage. Ce n’est pas toujours facile et pour certains vêtements je n’y suis pas arrivée. Toujours l’espoir de perdre le dernier kilo et de le remettre….

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 4 janvier 2017 à 17:04

      Moi aussi, il y a des vêtements dont je ne peux me débarrasser. Il faut aussi prendre en compte l’aspect sentimental des objets.

  • Répondre IDF-Débarras 24 janvier 2017 à 08:14

    Très bon conseil ! On vit dans une société de consommation et on a tendance à acheter plus que de besoin ce qui nous amène à un encombrement des pièces, placards et commodes… et je ne parle pas du grenier et de la cave.

    Un bon débarras de temps en temps ça fait pas de mal.

    Je suis adepte du minimalisme, je vais de ce pas jeter un oeil au site mentionné dans l’article. Merci

  • Répondre dem g 26 février 2017 à 16:39

    merci pour tous ces conseils sur cette tâche qui parait annodine qui est le désemcombrement mais qui va être primodiale avant un déménagement par exemple

  • Laissez un commentaire

    un × trois =

    %d blogueurs aiment cette page :