Zéro déchet

Ma poubelle de salle de bain : un an plus tard

7 février 2017
poubelle de salle de bain

Il y a un an je vous racontais comment je me débarrassais de ma poubelle de salle de bain et le pari que je faisais de n’utiliser plus qu’un pot Masson de 500 ml à la place. Je l’ai plus précisément remplacée par 2 poubelles : 1 pot de 500 ml pour les déchets et 1 pot de 250 ml pour le compost.

Bilan 1 an plus tard : je n’ai pas tout à fait rempli ma nouvelle poubelle de salle de bain au bout de 13 mois! Voici comment j’y suis arrivée.

Le deuxième pot — celui pour le compost — a été vidé régulièrement dans l’année (4-5 fois peut-être). Il contenait principalement des cheveux, des cotons-tige et des morceaux d’ongles après la coupe. Pour les cotons-tige, ceux que nous utilisons sont en bois et sont donc compostables. Bientôt, ils devraient être remplacés par un oriculi.

Quant au premier pot — ma « véritable poubelle de salle de bain » — il n’a pas été vidé une seule fois de l’année. C’est donc un exemple que l’on peut en changeant quelques petites habitudes faire de grandes avancées.

Comme je l’ai expliqué dans une série d’articles sur la salle de bain, j’ai/nous — puisque toute la cellule familiale est responsable de cette réussite — avons réussi à transformer considérablement nos habitudes. Pourtant, je ne me prive pas, car j’ai toujours du maquillage, un gommage pour le visage ou le corps ou encore quelques soins.

Autopsie d’une poubelle de salle de bain

Voici donc ce que nous trouvons dans notre poubelle de salle de bain. La soie dentaire et les élastiques sont les deux principales sources de déchets dans la salle de bain. Toute la famille a les cheveux longs, nous en consommons donc beaucoup, d’autant plus que nous faisons régulièrement du sport et que la transpiration accélère leur usure.

On y trouve également un tube eye-liner presque sec, mais après 4 ans, a largement dépassé sa durée de vie. Ma fille a également rempli à sa façon cette poubelle avec des bâtons de suçons/sucettes reliquats de la collecte d’Halloween. Et ces bonbons ont bien été dégustés dans le bain! Elle y a également contribué avec 2-3 pansements et un nœud de barrette.

S’y cachent également 2 collants qui scellaient nos tubes de dentifrice, mais pour la prochaine année, je pense que cela va disparaître, car je viens d’en trouver pour toute la famille en vrac. Enfin, un morceau de papier souillé de vernis à ongles, un tube de colorant pour cheveux, une tête de rasoir et un capuchon d’un vieux déodorant ont trouvé également place dans cette poubelle.

Comment s’améliorer?

Si je regarde l’ensemble de nos produits d’hygiène corporelle et mes cosmétiques, nous avons trouvé un rythme de croisière parfait : nous utilisons soit des savons ou shampoings en vrac ou en pain. Il me resterait à améliorer les dentifrices pour ne plus avoir d’emballage, mais c’est sur le point d’être réglé grâce à Vrac & Bocaux.

Il me reste principalement la question du rasoir et de la couleur des cheveux. Pour le rasoir, j’ai repéré des rasoirs durables, à l’ancienne avec des lames. Il pourrait en plus servir au rasage «mensuel» de mon chéri. Quant à la couleur, je n’en ai fait qu’une seule dans l’année. Je cherche une option plus naturelle que les produits chimiques vendus en pharmacie, je commence mes recherches. Il y aurait bien la solution d’accepter mes cheveux blancs et de vivre avec. J’avance doucement et je progresse dans cette acceptation, mais pas encore à 100 %.

Alors 1 an plus tard, cette expérience est concluante. La salle de bain est devenue un «haut centre de la réussite» du zéro déchet dans la maison. Et vous, où avez-vous eu vos résultats les plus concluants?

Retrouvez le dossier complet pour une salle de bain zéro déchet, regroupant l’ensemble des articles publiés sur le blogue.

Salle de bain zéro déchet

Vous pourriez aussi aimer

10 Commentaires

  • Répondre lemondedejustine 7 février 2017 à 05:06

    Coucou, c’est vraiment super, je suis sur la bonne voie également, j’adopte au maximum le zéro déchets, j’en parle sur mon blog d’ailleurs parce que ça a changé ma façon de voir la vie, notre façon de consommer etc… Comme toi je dois investir dans des oriculis et il me manque le dentifrice aussi , mais du coup je vais aller voir le site vracs et bocaux 🙂

    En tout cas un grand bravo, je vais partager ton article sur ma page Facebook 🙂

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 7 février 2017 à 21:17

      Merci à toi! Pour Vrac & Bocaux, c’est une épicerie zéro déchet de mon quartier. Elle ne fait pas d’envoi.

  • Répondre Anne 7 février 2017 à 08:10

    Il y a le henné de lush pour la teinture. Je sais pas ce que ca vaut mais à tester!

  • Répondre Gabrielle 7 février 2017 à 10:17

    Pour la couleur des cheveux, tu pourrais te procurer du henné chez Lush 🙂 en plus d’être bon pour les cheveux, ça procure une couleur très belle et qui dure ! Il vient en sorte d’énormes palette de chocolat enveloppée de papier recyclable. La technique est assez longue j’en conviens (il faut laisser le henné agir pendant 4-8 heures dans les cheveux et c’est très salissant) mais si tu es prête à le faire je t’encourage 🙂

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 7 février 2017 à 21:12

      J’y pense au henné, il faut que je lise davantage à ce sujet encore. C’est vrai que c’est long à faire… Merci.

  • Répondre Amandine 7 février 2017 à 12:55

    Pour les colorations je n’achète que du henne naturel que tu fais relativement moins souvent. Je le trouve chez l’olivier au marché jean talon. Ca coute 3$ ca me fait 2 fois la couleur. Mon henné est maroccain et vient dans une boite carton avec un tout petit sac plastique a l’intetieur pas le must mais mieux que la couleur chimique certain 🙂

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 7 février 2017 à 21:16

      Merci de l’info 😉 J’irais voir.

  • Répondre Mélanie 8 février 2017 à 04:02

    Bravo!
    Comment fais-tu pour enlever ton vernis à ongles?
    Pour la coloration, je suis passée au henné très récemment et j’en suis vraiment satisfaite! Cela couvre très bien mes cheveux blancs.

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 8 février 2017 à 18:23

      J’utilise mes anciens pads d’allaitement comme coton à démaquiller et j’en ai sacrifié un pour le vernis à ongles. Je pense aussi au henné de plus en plus. Merci 🙂

    Laissez un commentaire

    dix-neuf − 13 =

    %d blogueurs aiment cette page :