Faisons un point poubelle

27 novembre 2015
poubelle novembre

À force de vous parler de mes petits gestes pour désencombrer et réduire nos déchets, je pense qu’il est temps de vous montrer concrètement à quoi cela ressemble. Voici donc ma poubelle du mois de novembre.

Quels gestes ont une incidence sur ma poubelle?

Depuis près de 18 mois, j’ai de nouvelles habitudes quotidiennes. Ces gestes ne sont pas devenus des automatismes du jour au lendemain, ni pour moi, ni pour toute la famille. Pourtant, ces habitudes se sont installées. Maintenant le panier qui est devant le pas de porte est prêt avec des sacs à vrac et il sert pour toutes les courses! Même si je ne vous en ai pas encore parlé, je n’ai plus que des mouchoirs en tissu ou des cotons démaquillant lavables.

Pour récapituler, voici plusieurs de ces gestes qui sont devenus des habitudes :

  • j’achète beaucoup plus de vrac;
  • j’ai refusé les publicités distribuées par Poste Canada (et cela fonctionne);
  • je fabrique des cosmétiques maison;
  • j’ai désencombré la maison et nos garde-robe (et je continue progressivement);
  • on réfléchit à de nouvelles alternatives (par exemple, les médicaments courants en vrac).

Et si je mesurais mes poubelles?

En novembre, j’ai décidé d’observer et de mesurer ma poubelle. C’est probablement le meilleur moyen pour prendre conscience de l’avancée de mes petits gestes. Je ne tiendrai pas un suivi mensuel, mais de temps en temps, je trouve intéressant de s’oberver pour voir ce que je peux améliorer.

Côté recyclage

Mon bac de recyclage fourni par l’arrondissement de Rosemont-Petite-Patrie mesure 60 L. J’ai fait le test et je ne l’ai pas descendu chaque lundi pour le ramassage pendant 3 semaines (du 2 au 23 novembre). Après 3 semaines, je ne l’avais rempli qu’aux 2/3, soit 40 L de déchets recyclables, sachant qu’il y avait eu un cadeau pour ma fille, des restes de trempettes de la fête de mon chéri, des bouteilles de jus ou de crème fraiche. Les bouteilles de lait ou de jus en carton et les boîtes d’oeufs partent désormais chaque mois à la garderie de ma fille pour de la matière première pour les activités manuelles. Idéalement, il me faudrait encore le réduire, mais c’est je trouve un excellent point de départ.

Niveau de satisfaction personnelle : excellent.

poubelle novembre

Côté poubelle domestique (déchets non recyclables)

Sur la même lancée, cette même semaine, quand j’ai changé le sac de la poubelle de la cuisine (la seule de la maison, celle de la salle de bain est sur le point de disparaître, elle ne se remplit plus), j’ai inscrit sur le bac la date de changement, soit le 5 novembre : 22 jours plus tard, soit aujourd’hui, je n’ai pas complètement rempli un sac de 21 L. J’évalue l’avoir rempli aux 3/4, soit 15 L de déchets non recyclables en 3 semaines.

Niveau de satisfaction personnelle : trés encourageant.

Côté compost

Depuis septembre 2012, j’ai accès à un service de compostage municipal dans Petite-Patrie. Autant dire que cela a été une révolution. J’utilise en moyenne de 2 sacs de 10 L par semaine. Mais là aussi, la réduction s’observe. Je mesure encore plus ce que j’achète comme produits frais pour éviter le gaspillage. Résultat : mon frigo est devenu presque trop grand!

Pour l’anecdote : j’ai presque terminé mon paquet de sacs poubelle (boîte de 100 sacs). Je l’ai acheté en juin 2012, peu avant la naissance de ma fille, une fois où nous avions l’occasion d’avoir une voiture et en avions profité pour faire quelques réserves avant l’arrivée du bébé. Trois ans et demi plus tard, cette boîte n’est pas terminée : j’ai utilisé en moyenne 2 sacs par mois. Leur usage mensuel a fortement diminué grâce à l’arrivée du compost. Un autre bon indicateur.

Niveau de satisfaction personnelle : excellent.

Pour conclure

Idéalement, j’aimerais pouvoir tenir une semaine de plus. Mais… Mais, je suis aussi une jeune professionnelle bien qu’organisé qui vient de passer au travers d’un automne très occupé – mais passionnant – au bureau et parfois, je l’avoue il m’a été plus facile d’acheter le fromage qui me manquait sur le chemin du retour métro-garderie-épicerie-maison au lieu de faire un détour pour aller chercher du fromage à la coupe.

Comme je l’ai déjà écrit, j’ai décidé de changer mes modes de consommation parce que je me sens concernée par notre environnement. Des Béa Johnson ou blogueurs du réseau Zero Waste Bloggers Network m’inspirent énormément, mais je n’ai pas encore l’objectif de la jarre d’1 L de déchets par an, parce que je n’y suis pas encore prête. Cependant, je continue de vous partager mes expériences parce que je pense réellement que ces petits gestes comptent déjà pour beaucoup et compteraient pour tellement plus si chacun n’en choisissait ne serait-ce qu’un?

Et vous, quel est le geste le plus facile pour vous pour réduire vos déchets?

Vous pourriez aussi aimer

12 Commentaires

  • Répondre Jule 27 novembre 2015 à 16:40

    Bravo! J’imagine que ce ne doit pas toujours être évident en famille, alors moi ça m’impressionne énormément! Et comme tu dis, chacun doit y aller à son rythme! 🙂

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 27 novembre 2015 à 17:19

      Effectivement, ce n’est pas toujours facile. J’avoue que parfois, il est plus simple d’acheter une boite de biscuits que de les faire quand tu es fatiguée. Les combats ne se gagnent pas tous les jours et il faut savoir où mettre ses énergies selon sa propre énergie.

  • Répondre Karo Lego 27 novembre 2015 à 18:20

    Mon évolution vers le Zéro déchet ressemble au vôtre. J’aimerais parfois être déjà rendue plus loin mais je fais ce que je peux avec ce que j’ai 😉 Je compte me procurer des mouchoirs et tampons démaquillants réutilisables dès que j’ai du lousse dans mes finances 😉 … En attendant, c’est ce qui rempli le plus mes poubelles. Autrement, nous descendons le recyclage environ aux deux semaines et la poubelle une fois par mois. Mon quartier fait du compost de catégorie B (pour remblayer les dépotoirs, m’a t-on dit). J’y participe en allant porter mes déchets organiques dans la boîte appropriée à 2 coins de rue de chez moi. Ce que j’aime bien faire aussi (et par ailleurs 😉 c’est mon propre lait végétal. Avec un bon filtre, c’est si facile… et le lait est onctueux. Aucun additif du genre carraghénine. Je récupère la pulpe d’amande pour ajouter à des barres tendres maison. Je fais aussi mon dentifrice. J’achète le + possible en VRAC. 😉
    Bref…

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 27 novembre 2015 à 19:27

      Le lait végétal maison est aussi sur ma todo des tests à faire. Il faudrait que tu te renseignes si tes mouchoirs en papier sont compostables (ici, je peux les mettre au compost). Et oui, chacun son rythme, c’est l’essentiel !

  • Répondre GreenerDaddy 28 novembre 2015 à 16:55

    Et bien quel résultat ! Une belle inspiration pour nous 😉

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 30 novembre 2015 à 22:13

      Merci, je suis touchée du commentaire. Je ne cherche pas à devenir un modèle, je veux juste montrer que l’on peut ne pas être parfaite, mais faire aussi sa part. Merci ! 🙂

  • Répondre Marie-Eve Boudreault 30 novembre 2015 à 21:59

    Bonne idée de mesurer ce qui sort! C’est des belles réalisations!

    Toute ma famille ne s’y met pas encore assidûment mais à l’oeil je vois une bonne réduction. En étant conscient ça nous permet d’y repenser à 2 fois pour les gestes plus faciles de réutiliser ou composter dans une vie occupée. Merci de nous faire réfléchir encore plus!

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 30 novembre 2015 à 22:15

      Merci Marie-Ève. Tu vois, ce genre d’article, c’est exactement pour ces commentaires que vous me laissez que je les écris. C’est vraiment pour dire que chacun peut faire quelque chose à sa portée et surtout de suggérer des idées de départ.

  • Répondre Anso 2 décembre 2015 à 13:14

    BRAVO! C’est super! À l’occasion j’aimerais bien en savoir un peu plus sur ton expérience du compostage!

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 2 décembre 2015 à 23:31

      Merci !!! Pour le compostage, on a celui de la ville qui est industriel. Je l’aime vraiment parce que oui, cela facilite tellement la vie pour les déchets. On peut y mettre beaucoup de choses. Je vais y penser de présenter le compost quand on est en ville!

  • Répondre Matthieu et Isabelle 18 janvier 2016 à 17:43

    J’ai appris récemment que l’écocentre de Lasalle (à Montréal) recycle le polystyrène!

    J’essaie idéalement de ne pas acheter de produits dans des plateaux de styromousse mais ça reste (restait) encore un de mes déchets qui prend le plus de place. Surtout à cause des viandes (mais on est en train de s’organiser pour se trouver un bon boucher qui va pas faire le saut à chaque fois qu’on amène nos pots).

    Je me fait un sac à part, et j’amènerai ça quand il sera plein (on va essayer pas trop souvent)

    Voici le lien de la ville pour plus de détails: http://www1.ville.montreal.qc.ca/banque311/content/projet-pilote-de-recyclage-du-polystyr%C3%A8ne-postconsommation-%C3%A0-l%C3%A9cocentre-de-lasalle-1

    Merci pour votre blog 🙂

    • Lauraki
      Répondre Lauraki 18 janvier 2016 à 22:25

      Plusieurs arrondissements ont lancé des projets-pilotes – je crois qu’il y en a eu un dans HoMa aussi. Ce n’est pas idéal, mais c’est bien de faire quelque chose avec. J’ai trouvé un boucher qui accepte mes contenants, mais je lis plusieurs blogueuses qui disent que même des épiceries de grand nom acceptent les contenants. Sinon, pour le styromousse, Charlotte du blogue Sortir les poubelles, a justement visité une usine qui recycle le fameux 6!
      http://www.sortirlespoubelles.com/?p=550

    Laissez un commentaire

    dix − 3 =

    %d blogueurs aiment cette page :