© Lucie Bataille Photographie

Éloïse (Charlotte Athéna) G. C. de son état civil était une petite girafe de 50 cm pour 3,270 kg qui est arrivée le plus naturellement du monde. De la pédicure, de l’acupuncture, on ne saura jamais qui a eu raison de son arrivée, mais après s’être faite attendre, elle nous a sourit comme par surprise un vendredi soir. Après une journée à la maison à attendre que le travail progresse, l’arrivée à l’hôpital – sous la pluie – aura été rapide : 4h après être arrivés, elle nous regardait et nous la dévorions des yeux et de câlins.

Et avec chance, j’ai eu l’accouchement dont je rêvais… je crois même que je n’avais pas rêvé aussi proche de mes souhaits. Parfait, pour moi, on s’entend, c’est-à-dire naturel, sans péridurale, ce que je redoutais le plus (chacun ses peurs, on est unique, moi j’avais plus peur de la piqûre que de la douleur). Son Papa, mon chéri, a même pu l’attraper à la naissance pour que l’on fasse connaissance.

8 semaines plus tard, c’est loin et court, tout comme 41 semaines de grossesse. Depuis, nos journées sont bien remplies, mais Éloïse nous fait découvrir les multiples  facettes de son caractère chaque jour. 8 semaines plus tard, je me sens tous les jours un peu plus maman et Éloïse devient un peu plus chaque jour un bébé éveillé et quitte doucement le monde du nourrisson.

© Lucie Bataille photographe pour les photographies. Merci encore à Lulu pour cette belle session photo, qui complète la série grossesse !