Athènes

Athènes peut, selon les coins de rues, être une ville de contrastes. C’est ce que j’aime dans cette ville. Définitivement, j’arrive toujours à trouver un charme à Athènes là où beaucoup ne voit que la pollution, la circulation infernale et une architecture parfois – même souvent – décevante. Pourtant, il y aura malgré cela, toujours une ambiance qui me plait. C’est tout simplement une affaire de goût, mais je reconnais que tous ces points négatifs sont malheureusement bien présents et que tout de même que le cadre de vie est beaucoup plus agité qu’à Montréal.

Mais c’est pourtant une ville de contrastes et cela fait mon bonheur. Ainsi, au cœur de la rue Ermou, la rue la plus commerçante d’Athènes, se trouve la petite église, Kapnikarea, datant du 11e siècle sur laquelle on remarque des réemplois d’éléments d’architecture antiques. Et les gens n’hésitent pas à y rentrer les bras chargés de sacs de shopping.

Et à quelques mètres de là, dans une petite rue adjacente, c’est un vrai désordre du point de vue de la circulation…

Et devant le nouveau musée de l’Acropole, sur Dionysou Areopagitou, c’est encore une autre ambiance, mélange de touristes et de promenade du week-end des Athéniens.

Et je ne suis pas allée faire de photos du côté d’Exarchia ou sur la petite rue Methonis, mais là il y a encore une autre atmosphère et  de bien belles maisons néoclassiques, parfois délabrées, parfois entièrement rénovées, mais toute avec leur charme. Bref, Athènes mérite qu’on se perde aussi dans les quartiers non touristiques pour y découvrir la routine et les rythmes de vie propres à chaque quartier.

En attandant, Kalo kalokairi ! Bon Été !