Pom est le chat zéro déchet de la famille. Enfin, pas tout à fait, soyons honnêtes. Elle a beau être la boule de poils la plus affectueuse du monde, il n’en demeure pas moins qu’elle génère pas mal de déchets à elle seule. Oui, mon chat s’appelle Pom, comme le pain, on est de même nous!

Elle produit en terme de poids, bien plus de déchets que nous. Comment? C’est bien simple. C’est un chat exclusivement d’intérieur et qui donc a sa propre litière. Et une litière, ça en génère du déchet chimique. On avait déjà éliminé les litières soi-disant parfumées, car elle avait systématiquement des infections après. Mais la litière demande de la gestion.

Mon homme — qui est grandement responsable des stocks félins — a trouvé tout récemment une litière entièrement compostable. Une excellente nouvelle. Sauf que cela demande encore de la réflexion pour gérer correctement la litière usagée. La première pensée de mon chéri quand il l’a acheté, avec toutes les bonnes intentions du monde vis-à-vis de nos nouvelles habitudes de vie, fut un : « c’est chouette, on va pouvoir la mettre dans la poubelle de compost. »

Sauf que, je me souvenais que dans les directives données lors de l’implantation du projet-pilote dans Petite-Patrie à l’automne 2012, j’avais lu que la litière n’était pas acceptée. Je me suis donc munie de ma petite liste de question et j’ai donc appelé l’écoquartier de Rosemont-Petite-Patrie.

Les meilleures habitudes pour un chat zéro déchet

Lucie Auger, agente d’accueil et de communication à l’écoquartier a eu la gentillesse de répondre à plusieurs de mes questions. Grâce à elle, je vais pouvoir améliorer la gestion des déchets Pom.

La litière

J’ai tout d’abord eu la confirmation que la litière est formellement refusée dans le bac de compost. Les pathogènes contenus dans les excréments des animaux peuvent se transmettre dans le futur compost, et surtout, résiste aux hautes températures du processus de compostage.

J’ai donc une litière compostable, mais que je ne peux donc pas déposer dans le bac de compostage. Malgré tout, c’est toujours mieux qu’une traditionnelle litière chimique. Parce que ma litière s’en va tout droit vers les sites d’enfouissement de la ville de Montréal. Comme elle va être enfouie, elle pourra malgré tout se dégrader naturellement. Et ça, c’est une excellente nouvelle.

chat zéro déchet

Reste la question du sac à litière. Je ne peux la mettre directement dans ma poubelle sans sac. La première réaction serait de se dire de la mettre dans un sac compostable, comme j’utilise pour mon bac de compost dans la cuisine… mais non. Les sacs que j’utilise pour le moment ne se dégradent que s’ils sont soumis au processus de compostage municipal qui utilise des bactéries qui réagissent aux chaleurs élevées. Mon sac de cuisine ne se dégradera pas rapidement s’il part en site d’enfouissement.

Si vous n’avez pas encore remplacé vos sacs d’épicerie par des sacs réutilisables, vous pouvez finir ceux qui vous restent (puisque vous aurez dorénavant toujours votre sac en tissu avec vous) pour mettre la litière. Ils se décomposeront, mais ce n’est pas encore la solution idéale. Pour les déchets qui partent en sites d’enfouissage, il est préférable d’avoir des matériaux qui se dégradent vite. Idéalement les sacs en papier brun. Sinon, orientez-vous vers des sacs en plastique recyclé et dégradable. Personnellement, je pense que je vais essayer les sacs en papier brun doublés d’une feuille de cellulose de bois.

Peut-on composter la litère?

Suite à plusieurs questions qui m’ont été posées, voici quelques précisions prises directement auprès de ma clinique vétérinaire qui suit régulièrement Pom. Plusieurs suggéraient d’utiliser de la litière compostable pour ensuite la mettre au compost ou dans les toilettes. En rappel, la Ville de Montréal et l’arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie n’acceptent pas les résidus de litière dans le compost car des pathogènes peuvent rester présents et donc se transmettent dans les eaux ou les sols ou le futur compost utilisés dans nos plate-bandes. Mon vétérinaire m’a confirmé que ces pathogènes sont résistants et peuvent mettre des mois à « mourir », sans compter que les températures hivernales actuelles les mettent en dormance pour de plus longues semaines. Ainsi, ces pathogènes sont très résistants.

Pour cette raison, il n’est donc pas possible de mettre vos résidus de litière au compost ou dans les toilettes car vous pourriez contaminer soit les sols, soit les composts ou encore les eaux. Donc, la meilleure solution à date pour un chat d’intérieur, c’est d’utiliser une litière compostable et que vous mettrez dans un sac en papier brun biodégradable dans vos poubelles de déchets. Au moins, une partie pourra se dégrader. La solution idéale zéro déchet pour un chat n’existe toujours pas, à moins que vous ne décidiez de tester votre chat chaque mois à ces pathogènes!

Peut-on mettre la litière dans les toilettes?

Cette question revient très souvent. Ma litière n’est pas agglomérante et sans produit chimique, je peux donc la jeter dans les toilettes. Au printemps dernier, un reportage sur la station d’épuration de Montréal avait révélé l’envers du décor après avoir flushé. J’ai eu depuis l’occasion de visiter la station d’épuration de Montréal. Et je peux vous affirmer que non, mettre votre litière – ou tout autre chose autre que le papier toilette – n’est pas une bonne idée du tout. Parce que tout finit en bout de ligne dans les différents systèmes de filtres de la station d’épuration. Et les résidus filtrés sont compactés dans des galettes qui seront brûlées, puis enfouies par la suite. Sans compter que les pathogènes présents dans les excréments circuleront dans l’eau.

Donc la litière finira en enfouissement et vous aurez alourdi le système de nettoyage des eaux usées pour rien. Donc on revient aux propositions précédentes et on oublie complètement l’idée que les toilettes sont une poubelle. C’est non, même quand on veut un chat zéro déchet.

Voici deux lectures intéressantes au sujet des litières :

La nourriture

Côté nourriture, Pom n’est guère plus un chat zéro déchet. Je n’ai pas encore trouvé de croquettes en vrac. De plus, elle suit une diète surveillée après des épisodes infectieux, j’ai préféré faire confiance à mon vétérinaire. Cependant, j’achète des sacs de taille moyenne de 8,5 lb (3,85 kg). Le plus souvent, ils sont recyclables. Acheter en plus grande quantité que je stocke dans des contenants hermétiques me permet ainsi de produire moins de déchets que si j’avais acheté plusieurs sacs de plus petite taille. Pensez plus gros volume, non seulement vous sauverez sur le prix, mais aussi vous produirez moins de déchets!

Les soins

Par chance, Pom a les poils courts et nécessite peu d’entretien. On la brosse pourtant régulièrement et on lui coupe les griffes. Les poils et les griffes coupées partent directement au compost après la séance de toilettage maison.

Pom nous donne donc toute l’affection du monde et nous ne regrettons pas un instant de l’avoir. Elle fait partie intégrante de notre vie. Elle n’est pourtant pas le meilleur exemple en matière d’animaux de compagnie et de mode de vie zéro déchet. Comme je l’ai déjà dit, on ne peut être parfait sur tout. Cependant, nous sommes conscients des déchets que sa présence engendre. Alors, nous avons décidé de trouver des solutions pour les limiter au maximum. Et cela fonctionne plutôt bien.

Auriez-vous d’autres idées pour améliorer nos habitudes pour un chat zéro déchet? Peut-être avez-vous trouvé des croquettes en vrac?

Article mis à jour le 02/11/2017.

Mon chat zéro déchet, enfin presque || My nearly zero waste cat #zerodechet #zerowaste #chat #cat #animal

Pour relire cet article plus tard, épinglez-le dans Pinterest!