Béa Johnson en conférence

Béa Johnson en conférence à Montréal {le 24 mars dernier} : c’était une date à ne pas manquer! Deux semaines se sont écoulées depuis, durant lesquelles j’ai pris le temps de digérer tout ce que j’ai pu y entendre. Quand un ami m’a prévenue de la venue de Béa Johnson pour une conférence, je n’ai pas hésité longtemps, j’ai réservé ma place dans les minutes qui ont suivi. J’avoue que je n’y allais pas tant pour en apprendre davantage, mais plus par curiosité.

J’ai lu le livre Zéro déchet il y a déjà un an, et j’y ai puisé beaucoup d’idées pour mon désencombrement. Cependant, j’étais curieuse de l’écouter en parler en dehors du hors contexte des propos coupés, montés comme lors de son passage l’an dernier à l’émission Tout le monde en parle. J’en suis repartie avec l’image d’une femme inspirante qui réfléchit à chacun de ses actes dans son mode de vie zéro déchet.

Béa Johnson en conférence : de l’authenticité

Ce qui m’a le plus surprise de Béa Johnson durant la conférence, c’est son authenticité, ses réponses naturelles, sans détour aucun et pleines de bon sens. Sa conférence a été relativement courte (20 minutes) et résumait l’essentiel de son livre. Les échanges se sont faits sous forme de groupes de discussions tournants – les gens étaient invités à prendre part aux discussions sur scène – et ont été bien plus instructifs.

Le public présent était d’avance conquis à la cause et la salle était pleine. Mais il était intéressant d’entendre toutes les sortes de publics : du novice, du débutant ou de l’expert, en passant par les entrepreneuses qui désirent partir une épicerie zéro déchet bio à Montréal. J’ai aimé sa logique en matière d’éducation quand elle expliquait à une maman qui a décidé de bannir Halloween de son calendrier car elle ne savait pas comment faire face à la multiplication induite des quantités de bonbons distribués. L’approche de Béa Johnson était bien plus simple, et absolument pas dogmatique ou rigoriste : ses enfants célèbrent Halloween comme tout enfant d’Amérique du Nord, sauf que… Sauf qu’ils n’ont le droit de ramener à la maison pas plus de 10 bonbons dans un emballage non recyclage ou compostable. Ils peuvent en ramasser autant qu’ils le désirent dans la soirée, mais seulement dix d’entre eux pourront revenir dans le butin final. Cependant, si les enfants ramènent des bonbons en vrac ou dans des emballages recyclables ou compostables, ils peuvent en ramener autant qu’ils le souhaitent. Ainsi, elle a trouvé une méthode pour que ses enfants réfléchissent et posent des petits gestes choisis pour avoir un butin le plus gargantuesque possible, comme chaque enfant cette nuit-là de l’année! Je trouve le raisonnement implacable pour inciter les enfants et les conscientiser à cette approche, tout en ne brimant pas les traditions.

Comme elle le rappelle tout au long de son livre et dans sa conférence, elle ne cherche pas à ce que sa famille vive en marge de la société. Elle veut vivre comme tout le monde, juste en produisant moins de déchet. C’est ainsi que la console de jeux est autorisée à la maison, mais achetée de seconde main, etc., et qu’ainsi, ses enfants peuvent aussi passer des après-midi jeux entre copains.

De même, c’est avec beaucoup d’humour qu’elle a répondu à une maman qui s’inquiétait de voir son fils troquer ses biscuits maison contre des yaourts à boire le midi au moment du lunch, car ces derniers sont proscrits de la maison, car ils sont source de déchets. Béa Johnson lui a répondu qu’au contraire, son fils était doué et s’initiait à l’économie de partage!

https://youtu.be/yCIXpmGqU40

Apprendre à désencombrer

De Béa Johnson en conférence ou de Béa Johnson en lecture, ce que j’ai le plus aimé, c’est le concept du désencombrement. Peut-être parce qu’après une vie recommencée avec deux valises en Grèce, un déménagement transatlantique dans 3 m³ et deux déménagements dans Montréal, nous privilégions de plus en plus l’essentiel. Ainsi, elle et son mari incitent leurs enfants à faire le tri dans leurs jouets pour qu’ils se débarrassent ou revendent les jeux avec lesquels ils ne jouent plus. Ainsi, les jouets de ses deux garçons ne sont pas totalement grano! Au contraire, elle préconise les jouets de qualité qui vieillissent bien au gré des années et qui peuvent se revendre. Ainsi, les Légo® et Playmobil® ont pu être revendus en fin de cycle de jeu pour acheter des jeux pour les consoles vidéo! C’est encore une belle manière d’apprendre à passer au suivant pour combler aussi ses envies de renouvellement.

Refuser. Réduire. Réutiliser. Recycler. Composter les Restes.

L’idée du zéro déchet repose sur une réflexion globale dite des 5 R. Le désencombrement y trouve pleinement sa place et de manière raisonnée.

Une conférence zéro déchet?

Comme je m’y attendais, je n’y ai rien appris de plus. Je n’avais pas forcément besoin de cette conférence pour venir y chercher une bouffée de positivisme ou d’encouragement, car j’ai décidé d’avancer à mon notre rythme, mais d’avancer tout court, sans me comparer aux autres. Mais j’avoue, avoir été charmée par Béa Johnson et surtout par la justesse de son approche très éducative, autant pour les enfants que les adultes. Je dirais même que ce que j’en retiens, c’est qu’elle a trouvé une réponse à chacune de ses interrogations sans que son mode de vie soit une contrainte. C’est donc la simplicité dans sa réflexion qui me plait.

J’en retiens tout de même avec un petit sourire en coin une observation faite sur place. J’ai souris intérieurement en arrivant quand, à l’accueil des participants, les organisateurs prenaient nos noms sur des tablettes – au lieu de listes imprimées (mes objectifs, changer quelques habitudes à la job!) – versus les participants qui arrivaient pour beaucoup avec leur billet électronique imprimé alors qu’ils avaient leur téléphone intelligent à la main et que donc : 1. leur billet était accessible dans leur courriel, 2. le billet est disponible directement dans l’application Eventbrite. Au moins, j’ai quand même observé que certains ont pris leurs notes sur le dit billet (réutiliser) ou sur leur téléphone!

Donc de Béa Johnson en conférence, j’en retiens que le zéro déchet, c’est plein de petites habitudes à changer chaque jour, mais n’oublions pas que chaque pas compte et que chacun avance à son propre rythme! Dans mes prochains articles, vous allez pouvoir m’accompagner tout au long du processus de désencombrement de la maison et de mes changements d’habitude dans chacune des pièces de la maison. À suivre…

Pour aller plus loin

Enfin, écoutez ou réécoutez l’entrevue de Béa Johnson dans l’émission du 24 mars de l’émission radio Montréal par la racine sur CIBL, ainsi que les discussions avec plusieurs blogueuses et adeptes du zéro déchet au Québec.