L’année scolaire s’est achevée et avec elle la préparation des 180 lunchs pour ma fille pour ses repas du midi. Les lunchs étaient une découverte « culturelle » pour nous, tout comme celle du système scolaire au Québec. Pourtant, malgré mes craintes, j’ai réussi à survivre à toute une année de lunch zéro déchet. Et vous savez, ce fut bien plus simple que je ne le pensais.

Lunch ou pas lunch?

L’entrée à l’école vient avec son lot d’ajustements et de préparation. En plus du matériel scolaire, il faut également penser aux lunchs. Nous avons deux options : soit notre enfant reste au service de garde le midi pour manger à l’école, soit vous avez un horaire qui vous permet de récupérer votre enfant entre 11 h 27 et 13 h 01 pour qu’il mange à la maison — oui, les horaires sont précis de même.

J’ai beau avoir un horaire des plus souples, il n’empêche que je ne peux la récupérer tous les jours le midi. Ma fille, comme une grande majorité d’enfants, mangeait au service de garde.

Comme elle restait au service de garde, nous avions alors deux choix : commander à l’avance ou chaque matin un lunch tout prêt au service traiteur pour le coût de 8 $ et des poussières ou bien lui préparer un repas qu’elle apportera avec elle. En plus du calcul rapide du coût du traiteur (près de 1 500 $ par année) et le fait que tout est livré sur des plateaux individuels pour chaque enfant avec le suremballage qui l’accompagne, le traiteur n’était vraiment pas une option à long terme.

Pourtant, en débutant l’année, je n’étais pas fermée à l’idée de l’utiliser si un jour j’étais mal prise. Vous savez, le fameux lâcher prise quand la routine déborde. Bref, nous n’avions pas mis un non catégorique pour ce service moins écologique, mais qui peut tout de même alléger un temps la routine.

lunch zéro déchet

Mes essentiels pour un lunch zéro déchet

Comment prépare-t-on un lunch zéro déchet?

Ce n’est pas si compliqué ni plus exigeant que la préparation d’un lunch « non zéro déchet ». Si vous planifiez vos repas et que vous vous organisez pour toujours avoir des restants, cela pourrait même s’avérer très simple. Il vous faudra cependant quelques essentiels dont :

  • 1 boîte à lunch pour transporter le tout;
  • 1 kit d’ustensiles (fourchettes et cuillères, le couteau est accessoire selon l’âge de l’enfant);
  • 1 serviette en tissu pour essuyer les petites mains et bouches sales;
  • 1 gourde ;
  • 1 boîte pour mettre le repas ou 1 thermos pour conserver le repas chaud;
  • 2-3 sacs à collation en tissu imperméable;

La boîte à lunch m’a été donnée par une amie qui en avait une dont elle ne se servait plus du tout. Elle a été réparée pour renforcer la fermeture éclair qui avait des faiblesses. Pour les ustensiles, pas besoin d’en acheter des nouveaux, il vous suffit de vous servir directement dans votre cuisine. Quant à la gourde, c’est celle de ma fille depuis près de 4 ans.

lunch zéro déchet

Pour le repas, j’ai réutilisé tout au long de l’année des boîtes que j’avais déjà et qui sont de grade alimentaire. J’en ai de toutes les tailles ce qui me permet de faire différents formats et pouvoir avoir des repas diversifiés avec plusieurs petites portions. Les petits sont très pratiques aussi pour les yogourts ou compotes, ou pour une trempette à crudités.

J’utilise parfois des moules à muffins en silicone pour portionner et séparer les aliments quand je fais des lunchs froids. C’est très pratique et avec une petite fille qui aime picorer différents aliments, c’est une solution rapide et gagnante pour un lunch appétissant.

J’ai donc uniquement acheté un thermos pour conserver les repas chauds, surtout pendant l’hiver. S’il fait chaud, vous pouvez ajouter un ice pack dans le sac à lunch pour conserver le sandwich frais jusqu’à l’heure du lunch, mais je n’en ai jamais eu besoin, donc je n’en ai pas acheté. Pour le thermos, j’ai choisi une marque durable, en inox dont j’ai eu l’occasion de tester le service à la clientèle l’an passé pour changer une pièce de la gourde en inox de ma fille.

[NDLR : les liens indiqués plus haut ne sont pas affiliés, j’ai décidé de partager mes choix ou les modèles que l’on m’a donnés.]

Mes astuces pour survivre à la routine du lunch

Durant toute une année scolaire, ce sont au final près de 190 repas que vous aurez à préparer, si vous comptez les journées pédagogiques. C’est une routine qui change vraiment de la garderie où le repas était inclus. Cela a demandé un peu d’adaptation comme :

  • s’assurer d’avoir assez de collations en réserve;
  • avoir des fruits ou du yogourt pour les repas;
  • prévoir quelques biscuits, boules d’énergie ou barres tendres en réserve;
  • revoir les portions préparées au souper pour avoir assez de restes pour le lendemain (il fallait alors prévoir 2 lunchs : le mien et celui de ma fille);
  • essayer de diversifier les menus pour éviter la lassitude;
  • comprendre les portions pour combler l’appétit fluctuant d’un enfant.

Sans compter que s’ajoute à cela la nouvelle routine de l’école et qu’il faut également fournir la collation du matin, celle de l’après-midi était fournie par l’école.

[Petite parenthèse] Cet hiver, une polémique est sortie dans les médias concernant justement cette distribution de collations dans les écoles avec une subvention du ministère de l’Éducation. Ces collations semblent pour le moins peu santé dans de nombreuses écoles. Effectivement, en me fiant à ce que me rapportait ma fille, ce n’est pas toujours très équilibré et c’est systématiquement emballé. Je lâche prise sur ce dernier point, parfois ma fille me réclamait que je lui mette une collation pour l’après-midi. Si vous trouvez que les collations ne sont pas équilibrées dans votre école, je ne pourrais alors que vous conseiller de vous impliquer dans l’Organisme de participation de parents (OPP) de votre école. Ne sous-estimez jamais l’importance de votre implication!

Finalement, un lunch zéro déchet c’est pas plus compliqué

Après une année, j’ai bien réussi à me passer du service traiteur. Est-ce que cela a été très compliqué? Je dirais que la préparation du lunch prenait une dizaine de minutes chaque jour. J’ai même impliqué ma fille dans sa préparation pour le choix des crudités, des fruits et des collations. Elle a même rapidement préparé elle-même sa collation matinale.

Est-ce que je me suis obligée à toujours cuisiner des collations moi-même? Non, pas toutes les semaines. Ma solution de facilité fut d’avoir chaque semaine une diversité de fruits séchés et de craquelins achetés en vrac. Cela complétait très bien les lunchs et m’évitait parfois une petite séance de cuisine lorsque je n’en avais pas le temps (ou aussi pas l’envie, soyons honnête).

Nous cuisinons nous-mêmes près de 90 % de notre alimentation, mais les biscuits demeurent optionnels dans la routine de la semaine. Et pour être certaine que les choix convenaient, chaque fois que j’en avais la possibilité, ma fille choisissait elle-même ses collations de sa semaine dans notre épicerie zéro déchet. L’implication facilite toujours l’autonomie.

Des lunchs zéro déchet créatifs

Ce fut beaucoup moins compliqué que je ne le pensais. Cela a juste demandé un peu plus d’organisation, notamment le matin pour réchauffer le thermos et le repas. En général, je chauffais le thermos le temps de prendre mon thé ; mon chum s’occupait de chauffer ensuite le repas et de fermer la boîte à lunch. En préparant systématiquement les lunchs la veille au soir, la routine matinale n’était donc pas trop contraignante. Et si un soir, nous avions un imprévu, une portion de pâtes ou de semoule est toujours rapidement cuite.

Alors, oui, j’ai encore près de 2 000 lunch zéro déchet à prévoir d’ici la fin des études secondaires de ma fille. Mais soyons honnêtes, plus les années vont passer, plus elle sera en mesure de préparer son lunch toute seule. En attendant, j’y retourne car j’ai trois semaines de camp de jour qui viennent de débuter, mais ce n’est rien après une année scolaire!

Si vous manquez d’inspiration, je vous invite à puiser quelques idées dans mes tableaux Pinterest avec :

Sinon, si vous voulez encore plus d’inspiration, allez faire un tour sur les recettes de Valérie Lévesque, la reine du Bentô au Québec. Et si vous cherchez des idées de lunchs simples et rapides, L’autre Véro vous en propose également plusieurs qui simplifieront votre routine.

Bon été et si c’est le cas pour vous, bonne pause de lunch!

Photo en-tête • Rachael Gorjestani via Unsplash

Comment j'ai survécu à une année de lunch zéro déchet

Pour relire cet article plus tard, épinglez-le dans Pinterest!