Reprendre l’écriture de ce blogue a été le fruit d’une longue réflexion, amorcée doucement depuis les six derniers mois. Je ne voulais plus le reprendre à l’identique. Pourquoi réécrire? Parce que tout simplement, ma vie a changé, évolué et moi aussi.

Je ne suis plus une jeune immigrante, je viens même d’être tout juste adoptée par mon pays d’accueil. Il y a à peine quelques jours, je viens d’obtenir la citoyenneté canadienne. L’aboutissement d’un long processus, le fruit de décisions longuement réfléchies, mûries, dans lesquelles je me suis impliquée et pour lesquelles je me suis appliquée. Cinq ans et demi après avoir quitté Athènes – qui est toujours une partie intégrante de qui je suis et de pourquoi je suis là – Montréal fait partie intégrante désormais de ma vie et de celle que je suis devenue depuis.

Ce blogue était en pause depuis deux ans. Deux ans, où je me suis construite un nouveau pan de moi-même, deux ans durant lesquels j’ai appris un nouveau rôle, celui de maman. Deux années qui ont été très occupées : la photographie, mais surtout ma job de conseillère en communication qui comble de défis chacune de mes journées.

Mais voilà, l’envie de rouvrir cet espace me démangeait, l’envie de partager mes réflexions aussi, tout comme l’envie d’écrire de nouveau. Il m’aura fallu six mois pour franchir le cap, ne plus crainde la page blanche et décider aussi de laisser aller les choses selon mon rythme. Mais comment et quoi écrire ? C’est peut-être – même fort probablement de la déformation professionnelle – je voulais trouver ma ligne éditoriale, celle qui me ferait « triper » à revenir ici.

Au fil des discussions avec des amis, un jour tout à fait sens. Mes nouvelles convictions de simplificité volontaire, mes réflexions depuis l’arrivée d’Éloïse de mon impact sur mon monde se sont imposées naturellement. Je ne suis pas une grano/bobo-chic-écolo-extrêmiste. Je bois du café Nespresso, mais par diverses moyens, je simplifie mon quotidien, mon environnement, ma décoration, mes modes de consommation. Je ne vise pas le zéro déchet, mais je vous amènerai dans les dédales de mon cheminement.

Bienvenue ou re-bienvenue ici!

Post scriptum : Merci Véronique, tu sauras pourquoi.