#Jeudiconfession : je ne pensais jamais que je refuserai un jour un déchet chez moi et que je le rendrai. Pourtant, c’est ce que j’ai fait à ma grande surprise et le plus naturellement du monde, sans que cela n’ait été ni pensé ni planifié. C’est arrivé sans crier gare.

J’ai tout simplement dit : « je te remercie encore une fois beaucoup pour la galette, mais ce déchet [le ruban qui fermait la boîte de la pâtisserie] que je ne vais pas pouvoir réutiliser, je te le rends. »

Voilà, c’était dit, c’était fait. J’ai eu un regard de surprise, mais avec une explication c’est passé.

Pourquoi refuser un déchet?

Refuser un déchet c’est aussi agir pour le désencombrement de nos vies. Le zéro déchet c’est non seulement une réflexion concernant des petits gestes pour l’environnement, mais c’est surtout une manière d’adopter un mode de vie plus simple qui laisse plus de place pour du temps avec ses proches.

L’idée principale du zéro déchet s’organise autour du principe des 5 R comme le rappelle Béa Johnson : refuser, réduire, réutiliser, recycler et composter le reste. La portion refuser est maintenant bien ancrée dans nos habitudes comme refuser un contenant, une serviette en papier ou une paille. Nous ne nous encombrons plus de choses inutiles, ou du moins, nous en avons fortement réduit notre dépendance.

Je n’avais jusqu’à présent jamais refusé un déchet chez moi. Ma propre surprise étant retombée, j’essaie de comprendre ce qui s’est passé. Plusieurs hypothèses :

  • me serais-je moi-même testée à cette situation?
  • ou en serais-je tout simplement rendue là dans mon processus?

Mélissa, collaboratrice du blogue Les Trappeuses, explique très bien comment elle est arrivée à la définition de territoire dans le changement de ses habitudes. C’est-à-dire que les déchets qui entrent chez elle par des invités ne doivent pas rester, par contre elle ne regarde pas la gestion des déchets chez les autres.  C’est avant tout une question de respect car comment faire accepter nos principes aux autres si on les juge?

Retrouvez l’entrevue de Mélissa dans le segment de l’Épicerie, sur Radio-Canada.

C’est exactement la manière dont je vois les choses. Peut-être que je suis arrivée à cette étape dans la transition de la réduction des déchets, celle de refuser un déchet chez moi à un invité. Et c’est une étape très délicate.

CONSEIL DE LECTURE
Découvrez comment adopter facilement un mode de vie Zéro Déchet avec 7 gestes.

Comment refuser un déchet

Refuser un déchet est tout aussi compliqué que de demander à des proches de ne pas offrir pleins de cadeaux à la fête d’anniversaire de ton enfant. C’est tout aussi difficile que de demander d’investir dans son avenir dans un placement d’études. Parce que lorsque l’on est dans une démarche minimaliste, que l’on essaie de transmettre certaines valeurs à nos enfants, il faut se confronter au regard des autres. Ils ne vous jugeront peut-être pas forcément, mais ils ne se sont peut-être tout simplement jamais posés les mêmes questions que vous. Et vous savez quoi? C’est ben correct.

Alors comme pour tout, le respect est de mise. On y va progressivement. On commence avec des personnes qui ont soit déjà entendu parler de vos valeurs et de votre démarche, soit quelqu’un qui est proche de vous. Et on explique son geste, toujours; et surtout, avec le sourire.

C’est vrai, cette expérience fut déroutante, mais je me dis que je vais y penser, nous allons même y penser à l’avenir. Après tout, nous avons bien réussi à faire passer le message qu’à 3 ans, notre fille ne pouvait recevoir de plus beau cadeau de fête que de passer la journée avec ses papys et mamies et de jouer avec ses cousins-cousines. Les cadeaux, elle n’y pensait guère.

Parce que si on désencombre nos vies, c’est plutôt pour la remplir et l’encombrer de beaux et doux souvenirs, et pour cela, je ne serai jamais assez reconnaissante envers toute ma famille élargie!

Photo : Brooke Lark on Unsplash.

Comment refuser un déchet avec son entourage

Pour relire cet article plus tard, épinglez-le dans Pinterest!